Menu
Découvrir 14-18 en Picardie
Rejoignez Picardie1418 sur Facebook Picardie1418 est sur Twitter Picardie1418 est sur Pinterest
Picardie 14-18 Contacter Picardie 14-18
Picardie 14-18DécouvrirCimetières communaux ⟩ Cimetière communal - Bellenglise

Cimetière communal - Bellenglise

Dans le cimetière communal de Bellenglise existe un carré militaire où reposent trente-deux soldats français du 10ème RIT de Saint-Quentin tués le 28 août 1914. Sept soldats russes reposent également en ce lieu dans deux tombes entourant le monument. Il s'agit de prisonniers de Guerre morts au cours du conflit, Bellenglise étant restée en zone occupée par les Allemands jusqu'en septembre 1918.

  • Cimetière communal #1/3
  • Cimetière communal #2/3
  • Cimetière communal #3/3
*

Le cimetière communal de Bellenglise se trouve au bord de la D31, sur la droite avant d'entrer dans le village en provenance de Pontruet. En entrant, sur la gauche, un carré militaire regroupe les tombes de trente-deux soldats du 10ème Régiment d'Infanterie Territoriale tués le 28 août 1914, rappelant une bataille sanglante qui s'est déroulée à Bellenglise. Sept soldats russes reposent également dans ce carré, réunis dans deux tombes.

Le 10ème RIT était encore dans sa caserne lorsque les troupes anglaises, battant en retraite, défilèrent sur la route de Cambrai et la route du Cateau, pendant la nuit du 26 au 27 août 1914 et toute la journée du 27. Ses 1er et 3ème bataillons étaient alors en formation d'avant-postes pour couvrir Saint-Quentin, de Homblières à la route de Saint-Quentin à Cambrai, qui traverse Bellenglise, et de cette route à Selency.

Des patrouilles allemandes ayant été repérés la veille vers 17h30, le 28 août, à 5h00, les trois bataillons s'avancèrent en reconnaissance vers le nord en prenant comme axe de mouvement la route de Saint-Quentin à Cambrai. Des pièces d'artillerie et des mitrailleuses allemandes installées à Bellenglise commencèrent alors à bombarder et mitrailler les troupes françaises. Le combat fut engagé vers 8h40 et dura jusqu'à midi. A ce moment là, les éléments engagés durent battre en retraite sous la violence des feux de mitrailleuses et des tirs de l'artillerie qui n'était pas contrebattue, en l'absence d'artillerie française. Le 1er bataillon fut entièrement capturé, le 2ème bataillon dut se replier en combattant pied à pied et en utilisant le fossé ouest de la route de Cambrai et le 3ème bataillon échappa à l'étreinte allemande. Les survivants de ce bataillon arrivèrent à Noyon le 29 août, à 5h00, et furent embarqués dans un train de troupes anglaises, à destination de Beauvais d'où, sans descendre des wagons, ils furent dirigés sur Quimper où les débris des autres bataillons les rejoignirent .

Cet épisode dramatique fut-il le fruit d'une identification erronée des troupes faisant face au 10ème RIT ? Des Landsers allemands auraient-ils été pris pour des Tommies britanniques ? A l'issue de cet engagement, le 10ème RIT ne comptait plus que 15 officiers, sur les 38 qu'il comptait la veille, et 1180 sous-officiers, caporaux et hommes de troupe sur 3127. Plus d'un millier d'hommes de troupe appartenant aux trois bataillons furent fait prisonniers. Ces soldats étaient tous âgés entre 35 et 41 ans, puisque versés dans la Territoriale, et n'étaient pas préparé à de tels combats, eux qui avaient fait leur service militaire depuis environ quinze ans.

Monument au 10ème RIT

Dans ce carré militaire se trouve un monument, encadré par les deux tombes où reposent les sept prisonniers russes, en hommage au 10ème RIT. On peut y lire : "Hommage de la commune de Bellenglise, du Souvenir Français et des anciens du 87ème et 287ème RI à ceux du 10ème RIT morts pour la France lors de la bataille de Bellenglise le 28 août 1914". Les 87ème et 287ème RI sont les deux autres régiments de Saint-Quentin.

Ce monument a été restauré entièrement à l'occasion du centenaire de la bataille de Bellenglise. Auparavant, délabré par le temps (comme sur les photos ci-dessus qui datent de 2006), une simple plaque rappelait l'événement : "Les anciens du 87ème, du 287ème et du 10ème Territoriale de Saint-Quentin à leurs camarades".

Morts au cours de la bataille de Bellenglise

Trente-deux hommes du 10ème RIT ont été inhumés dans ce carré militaire. La plupart étaient originaires de l'Aisne. On y retrouve également la tombe d'un enfant du pays, clairon au 54ème RI, tué dans la Meuse le 21 juin 1916.

Merci à M. Decobert, animateur-guide à la communauté de communes du Pays du Vermandois pour m'avoir transmis une liste contenant les noms des hommes inhumés ici dont j'ai corrigé les erreurs et omissions.

Alain Pouteau - Publié

Pour aller plus loin

Cimetières communaux

Rejoignez Picardie1418 sur Facebook Picardie1418 est sur Twitter Picardie1418 est sur Pinterest Contacter Picardie1418 Picardie 1418 Picardie1418