Logo

Découvrir la Grande Guerre en Picardie

Tombe d'Albert Tastu - Crouy

Cette tombe est celle d'Albert Tastu, sous-lieutenant au 289ème RI, mort pour la France le 12 janvier 1915, à l'âge de 33 ans, au cours de la bataille de Crouy

Picardie 14-18DécouvrirMonuments individuels ⟩ Crouy ⟩ Tombe d'Albert Tastu

Tombe d'Albert Tastu - Crouy

Cette tombe, située à Crouy, est celle d'Albert Tastu, sous-lieutenant au 289ème RI, mort pour la France le 12 janvier 1915, à l'âge de 33 ans, au cours de la bataille de Crouy, appelée également l'affaire de Soissons. Le soldat allemand qui a tué Albert Tastu a transmis à la femme de celui-ci les papiers et photos qu'il portait sur lui tout en indiquant l'endroit exact où il avait enterré le corps, ce qui lui a permis de dresser une sépulture à cet endroit.

  • Tombe d'Albert Tastu
*

Située au bord de la N2, mais sur le territoire de la commune de Crouy, dans la montée avant d'arriver aux champignonnières, cette tombe est celle d'Albert Jean Tastu, ingénieur civil des mines, sous-lieutenant au 289ème R.I., mort pour la France aux combats du 12 janvier 1915 à l'âge de 33 ans.
Albert Tastu est tombé au cours de la bataille de Crouy (appelée également "l'affaire de Soissons").Il a été décoré de la légion d'honneur et de la croix de guerre. Voici ce que dit sa citation : "... a maintenu pendant quatre heures sa section dans une situation particulièrement difficile, entouré de presque tous les côtés. Blessé une première fois, n'a pas abandonné le commandement de la section. A été tué deux heures après à son poste".

Le soldat allemand qui a tué Albert Tastu a transmis à la femme de celui-ci les papiers et photos qu'il portait sur lui. Il lui a également expliqué les circonstances dans lesquelles il avait tué son mari. Enfin, il lui a indiqué l'endroit exact où il avait, sommairement, enterré le corps. C'est ce qui a permis à son épouse, grâce à une autorisation spéciale qui lui a été accordée compte-tenu des circonstances, de dresser une sépulture à cet endroit.
Albert Tastu laissait une veuve et deux orphelins. Ces informations ont été transmises par son petit-fils, Pascal Derome, que je remercie.

Alain Pouteau - Publié

A voir aussi à Crouy

Musée à Crouy

  • Pas de musée à visiter