Logo

Plateforme de canon allemand

Coucy-le-Chateau

A Coucy-le-Château, on trouve les vestiges d'une plateforme de tir bétonnée d'un canon allemand de 17 mètres de long tirant jusqu'à 40 kilomètres

Picardie 14-18DécouvrirVestiges "constructions" ⟩ Coucy-le-Chateau ⟩ Plateforme de canon allemand

Plateforme de canon allemand - Coucy-le-Chateau

A l’orée de la forêt du Montoir, à Coucy-le-Château, les vestiges d'une plateforme de tir bétonnée rappelle que de 1915 à 1917, un canon allemand de 17 mètres de long tirait depuis cet endroit sur Compiègne et Villers-Cotterêts situées à l'arrières du front français

  • Plateforme de canon allemand #1/4
  • Plateforme de canon allemand #2/4
  • Plateforme de canon allemand #3/4
  • Plateforme de canon allemand #4/4

Situé dans la forêt domaniale de Coucy-Basse, cette plateforme de canon allemand, classée Monument Historique en 1922, est celle d'un canon allemand de 380 mm qui portait le surnom de Langer Max (Max le long). A l'origine canon de marine, quelques-unes de ces pièces, d'un poids de 80 tonnes pour une longueur de 17 mètres, ont été employées sur le front, sur positions fixes ou voies ferrés, où elles pouvaient tirer des obus de 750 kg jusqu'à 40 kilomètres.

Une pièce d'artillerie lourde qui bombardait Compiègne et Villers-Cotterêts

A Coucy-le-Château, dès la fin 1914, à l’orée de la forêt du Montoir, les Allemands commencèrent des aménagements pour l'installation du canon : terrassement et installation d’une plateforme en béton, embranchement sur la ligne de chemin de fer, ... Opérationnel dès avril 1915, ce canon avait pour but de bombarder Compiègne, Villers-Cotterêts et Oulchy-le-Château, trois villes importantes de l'arrière du front français par lesquelles transitaient troupes et ravitaillements. Les premiers obus furent tirés sur Compiègne le 14 juin et quatre jours plus tard, Georges Guynemer, qui avait passé sa jeunesse dans cette ville, repéra l’emplacement de ce canon.

Le Langer Max servit jusqu'au début de l'année 1917. Démonté avant le repli allemand de mars 1917, l'opération Alberich, il n'en resta que sa plateforme en béton, toujours visible, alors que le donjon du château de Coucy fut lui dynamité et explosa le 20 mars 1917.

Un canon qui n'a jamais tiré sur Paris

Jusqu'au début des années 2000, le site de cette plateforme était présenté comme étant celle d'une "grosse Bertha" ayant tiré sur Paris. Il n'en est rien, pour deux raisons majeures : sa portée n'était pas assez grande pour atteindre la capitale et en mars 1918, quand ont commencé les tirs sur Paris, cette pièce d'artillerie avait été démontée depuis plus d'un an.

Alain Pouteau - Publié
Crédits photographiques : © Alain Pouteau & Wikipedia

A voir aussi à Coucy-le-Chateau

  • Pas d'autre lieu de mémoire

Musée à Coucy-le-Chateau

  • Pas de musée à visiter