Menu
Découvrir 14-18 en Picardie
Rejoignez Picardie1418 sur Facebook Picardie1418 est sur Twitter Picardie1418 est sur Pinterest
Picardie 14-18 Contacter Picardie 14-18
Picardie 14-18DécouvrirMonuments collectifs ⟩ Monument au premier combat de chars - Villers-Bretonneux

Monument au premier combat de chars - Villers-Bretonneux

A Villers-Bretonneux, un monument rappelle le lieu où se déroula, le 24 avril 1918, le premier combat de chars de l'Histoire qui mit aux prises trois mark IV britanniques avec trois A7V allemands

  • Monument au premier combat de chars #1/4
  • Monument au premier combat de chars #2/4
  • Monument au premier combat de chars #3/4
  • Monument au premier combat de chars #4/4
*

C'est au bord de la D168, allant de Villers-Bretonneux à Cachy, à la lisière sud du bois d'Aquenne, que se trouve ce petit monument, inauguré le 18 avril 1998, qui rappelle qu'à proximité de ce lieu se déroula le premier combat de chars de l'Histoire. On peut y lire, en trois langues : "Ici le 24 avril 1918 eut lieu le premier combat mondial entre tanks allemands et britanniques".

C'est au cours de la bataille de Villers-Bretonneux, qui se déroula du 24 au 26 avril 1918, qu'eut lieu le premier combat de chars. Après une préparation d’artillerie dense, à 6H00, le 24 avril, les Allemands attaquèrent la ligne britannique depuis le nord de Villers-Bretonneux jusqu’au bois de Hangard. A 10H00, la ville était tombée et à la fin de la journée les Allemands s'étaient infiltrés dans le bois d’Aquenne, jusqu'à la route Cachy - Fouilloy, au nord et faisait face à la deuxième ligne devant Cachy au sud. Dans la nuit, deux brigades australiennes permirent de reprendre une partie du terrain perdu mais sans parvenir à atteindre Villers-Bretonneux qui fut finalement reprise le 25 dans la soirée grâce à la jonction des deux brigades. Le lendemain, les Français de la division marocaine, ayant relevé les Britanniques dans la nuit, s'élancèrent pour dégager le sud de Villers-Bretonneux mais l'attaque fut mal préparée, avec un barrage d'artillerie inefficace, et la division perdit un tiers de ses effectifs. Le front se stabilisa alors jusqu'au 8 août, date de la contre-offensive alliée et jour de deuil pour l'armée allemande qui fut mise en déroute ce jour-là.

Le premier combat tank contre tank

C'est au petit-matin du premier jour de la bataille, le 24 avril 1918, que treize chars allemands, des A7V, participèrent à l’assaut. Répartis en trois groupes, ils étaient partis de trois points différents à l'ouest de Marcelcave. Leur attaque fut une surprise totale et participa grandement à la mise en déroute des premières lignes britanniques. A 8H00, ignorant leur présence, trois tanks Mark IV furent envoyés pour défendre la seconde ligne. Après avoir traversé le bois l'Abbé, dans un environnement difficile à cause des bombardements au gaz de l'artillerie allemande, les trois engins blindés arrivèrent sur la ligne de front où le tank de leur chef de bataillon, le sous-lieutenant Mitchell , s'aperçut qu'il était face à trois chars allemands. Un déluge de balles de mitrailleuses s'abattit alors sur son tank. Il faut savoir que l'A7V allemand est équipé d'un canon à l'avant et de six mitrailleuses sur le côté (photo n°2) alors que le tank anglais est soit mâle (comme celui du sous-lieutenant Mitchell) avec un canon de chaque côté et quatre mitrailleuses (photo n°3) ou femelle avec six mitrailleuses (les deux autres tanks qui l'accompagnaient). Le char allemand le plus proche de celui du sous-lieutenant Mitchell parvint à l'atteindre une première fois par un coup au but avant de mettre en fuite les deux autres tanks britanniques après les avoir touchés eux aussi. Le tank mâle, qui avait du faire demi-tour pour se remettre en position de tir, avait déjà tiré une vingtaine de coups, tout en roulant, lorsqu'il fut touché une seconde fois. A ce moment là, le char allemand pensait bien avoir mis hors de combat son adversaire mais c'est ce dernier, mis à l'arrêt, qui va alors le toucher au but, à l'avant, rendant son canon hors d'usage et forçant son équipage à l'abandonner, avant de revenir plus tard pour le ramener à l'arrière. Les deux autres chars allemands s'approchèrent du tank anglais mais un tir de ce dernier les mit en fuite. Finalement, pris pour cible par l'artillerie et même un avion, le tank du sous-lieutenant Mitchell fut touché par un tir de mortier à une de ses chenilles et dut être abandonné, mettant ainsi fin au premier combat de chars de l'histoire.

Deux chars A7V capturés

A l'issue de cette bataille de Villers-Bretonneux, deux chars allemands A7V furent capturés. Le premier, baptisé Mephisto, tombé en panne, fut capturé par les Australiens et se trouve aujourd'hui au Queensland Museum (c'est le seul exemplaire d'A7V d'origine). Le second, baptisé Elfriede, qui s'était renversé (photo n°4) a quant à lui était récupéré par les Français. Une fois remis en état il a notamment servi de cible pour tester son blindage face aux armes et munitions françaises.

Alain Pouteau - Publié

Musée à Villers-Bretonneux

Rejoignez Picardie1418 sur Facebook Picardie1418 est sur Twitter Picardie1418 est sur Pinterest Contacter Picardie1418 Picardie 1418 Picardie1418